Accompagnement du Jumeau Né Seul

L’accompagnement du Jumeau Né Seul

Une approche psycho-corporelle, scripturale et chamanique

« Je suis complet/complète »

 

 

Selon la tradition amérindienne et les enseignements de la Roue lakota, le feu de l’Esprit qui illumine et habite notre coeur offre à tout être humain des qualités et des dons avant sa naissance, ainsi que des difficultés et une unicité, et ce, afin que ceux-ci soient mis au service de tous. 

 

Il faut des années de retour à soi, de transformation, de pardon, pour affiner ces dons, adoucir ces travers, remplir son coeur de compréhension et d’indulgence par rapport aux autres, et nous expérimentons encore à chaque instant cette spirale initiatique qu’est le Cercle de Vie : pour grandir en conscience et réaliser ce qu’on peut appeler une mission.

 

 

En 2009, soit deux ans après la publication de d’A. R. et B. Austermann, Le Syndrome du jumeau perdu, j’entame une sonde personnelle aussi intense qu’éclairante. J’aborde diverses méthodes afin d’être soutenue dans ce chemin de conscientisation : fasciathérapie, shiatsu, méthode de libération des cuirasses, analyse et réinformation cellulaire, ostéopathie holistique avec décodage biologique, constellations familiales, reiki, kinésiologie et j’en passe. Sentant depuis toujours et sachant depuis l’enfance que nous étions deux dans le ventre de ma mère, je mesure pleinement l’impact de cette perte gémellaire intra-utérine : son étendue, sa profondeur. Parallèlement, je poursuis l’introspection par le biais de l’écriture. Durant une dizaine d’années, j’obtiens des versions-miroirs de mon évolution, que je soumets à lecture. La découverte du champ d’argile et l’ouverture au chamanisme m’offre ensuite un autre regard et une possibilité d’action. Pas à pas, je découvre les ritualisations intuitives et leur pouvoir de guérison.

 

Le jour de mes trente-cinq ans, je franchis un cap. J’accueille un nourrisson, jumelle née seule quelques semaines plus tôt. Sa maman, d’une sensibilité et d’une conscience admirables, vient me voir alors qu’elle est enceinte et nous travaillons déjà la thématique. Pratiquant la communication connectée grâce à l’antenne de Lecher, elle me transmet que celle-ci exprime avec insistance le besoin de me voir. Je respire un grand coup et je sens qu’à l’intérieur de moi, tout dit oui, tout vibre :  je suis prête. Le rituel que je crée est simple, il fait écho à son prénom et à sa place dans l’histoire familiale, il suit aussi l’ordre des chakras et évalue les résonnances dans les différents corps. Surtout, il tient compte de ce qui s’offre dans l’instant. Et ce merveilleux bébé contribue de façon tangible à sa guérison : m’indiquant des pierres de soin et m’orientant poétiquement selon ses aspirations profondes. S’imprime alors dans ma mémoire et mes cellules le condensé de ce moment de confiance absolue et partagée, où nous nous ouvrons à l’obstacle énergétique, où mon être entier reçoit son « nœud » et le ressent/re-sent. J’ai la main sur son coeur, j’observe la montée, mes yeux se gorgent de larmes et je quitte l’atelier pour aller, à quatre pattes, rendre à la terre cette douleur du deuil in utero, ce poids de la culpabilité, la densité de cette terreur de continuer à vivre et à se développer dans une solitude et une insécurité inassimilables. Grâce à ce passage vécu ensemble, je reviens à moi dans une autre posture : celle de l’accompagnante, où je me sens honorée et où j’honore, où je célèbre la place de l’autre, tout comme la mienne. Que ma gratitude des traversées connaisse l’expansion et serve le monde, voilà ce qui fait sens.

 

Dans cette perspective, je m’autorise à accompagner ceux et celles qui désirent panser une plaie difficile à nommer et à cerner. Au cours de séances individuelles conduisant à un rituel de complétude, je propose des temps de parole et de silence, ainsi que des exercices psycho-corporels, j’ouvre des perspectives scripturales, je stimule l’inconscient afin de créer de la reliance aux archétypes et j’invite à des réalisations concrètes qui scandent un long cheminement. Car il est possible de vivre avec, de bien vivre même.

 

Chacun.e vivant son deuil de façon unique, je m’adapte en fonction de la personne, de ses besoins et de ses possibilités d’implication. Je suis également attentive à ses avancées dans le travail d’appropriation de son vécu et aux étapes visant le détachement et l’autonomie. La fréquence des séances est donc à déterminer ensemble, ainsi que le moment opportun de rassembler ses forces pour un Rituel de Renacimiento. Je demande 40 euros de l’heure par séance d’accompagnement sur mesure et 120 euros pour le rituel de renaissance.