Rondas

Les « Rondas » – Cercles de femmes

Célébration du féminin sacré 

  

« A chaque fois que les femmes se rassemblent en cercle les unes avec les autres, le monde guérit un peu plus  » [Osho]

 

      

La femme, aujourd’hui, est invitée à redéfinir le féminin. Il est dit que le cercle, symbole d’unité, n’a ni commencement ni fin. C’est dans cette perspective que les « Rondas » proposées à l’Atelier de La Loba forment un espace privilégié pour les femmes en quête d’une nouvelle identité. Se retrouver pour libérer la parole en toute sécurité, questionner le fondement de notre être et les archétypes, se relier à soi et aux autres grâce à la toile de la sororité, voilà ce qui se joue dans l’ambiance intimiste des « Rondas ».

 

 

Les cercles de femmes naissent, en tout temps et en tout lieu, de la volonté de se rassembler pour questionner la féminité, en définissant de façon plus générale ce qu’est le féminin et en faisant bouger/évoluer les visions des unes et des autres au travers des échanges, des partages vécus dans la ronde.

 

 

Les « Rondas », s’inscrivant dans la tradition des cercles de femmes, s’adressent à toutes celles qui désirent parcourir la richesse et la diversité de leur nature féminine.

 

 

Les cercles ne se constituent jamais par hasard et on le voit : l’émotion ou l’histoire de l’une résonne, fait écho chez l’autre et, de là, nous arrivons à tirer profit d’une expérience différente, à prendre du recul par rapport à notre propre vécu. La richesse des cercles s’explique notamment par ces résonances.

 

 

Parallèlement, le cercle offre des permissions et va dans le sens d’un alignement grâce à une guérison – purification – régénérescence. En effet, si je m’autorise à être vraie, à contacter ma nature profonde, à reconnaître ma vulnérabilité et à l’offrir au cercle, les autres femmes vont aussi pouvoir s’approprier cette possibilité d’authenticité. Un réel processus opère donc au niveau de l’inconscient personnel et de l’inconscient collectif : cette sensibilité se révèle comme étant une force vitale, résiliente et par là-même, créatrice.

 

 

Notre inconscient est nourri par des images, qui nous viennent des générations précédentes et que l’on appelle des « archétypes », et chaque archétype conditionne notre rapport au monde, nos comportements, nos attitudes. Les énergies féminines, lunaires, sont classées selon les quatre éléments, d’après le livre de M. Grande, Féminitude. Une exploration des mystères de votre être intérieur : Vierge (air), Mère (eau), Enchanteresse (feu) et Sorcière (terre). C’est ainsi que l’on trouve, par exemple, les structures archétypales de l’Innocence et du Fleurissement dans les énergies Vierge, et que l’on peut découvrir celles de l’Accueillante, de la Nourricière et de l’Enfantement dans les énergies Mère. En travaillant sur les archétypes du féminin, chaque femme trouvera des clefs pour épouser tous les mouvements de vie qui l’habitent.

 

 

Les « Rondas » n’offrent cependant pas qu’une occasion d’expérimenter les différentes facettes du monde intérieur de la psyché féminine, mais elles proclament la possibilité de les allier avec les capacités d’expression créatrice, reliées aux qualités solaires de la femme.

 

 

Autrement dit, celles qui cherchent à devenir plus authentiques et plus confiantes face à leur réalité de vie, trouveront dans ces rassemblements féminins un espace-temps pour incarner une nouvelle force d’être, plus respectueuse de leur vérité, plus naturelle et plus aimante, et ce à travers des activités psycho-corporelles choisies avec soin par Caroline, facilitatrice des « Rondas ».

De la sculpture intuitive à l’écriture de l’intime, de la danse libre au chant de mantras, en passant par la création de tableaux de vision et la réalisation de Roues Médecine, Caroline inaugure chaque fois un nouveau champ pour l’expression concrète de soi.

De fil en aiguille, c’est tout un chemin initiatique qui se déploie pour mieux utiliser notre capacité de transformation et notre potentiel de réalisation.

 

 

Les « Rondas », en valorisant les différentes phases de la lune et en respectant les cycles de la vie et du féminin, accompagnent, progressivement, les femmes vers l’émergence de leur conscience incarnée, de leur présence sensorielle & intuitive et de leur beauté aurique.

 

 

Dès lors reconnectées à l’énergie du Féminin Sacré, il ne reste plus qu’à célébrer, individuellement et collectivement. C’est pour cette raison que, traditionnellement, les cercles de femmes sont toujours ponctués par un repas partagé. Concocter un buffet rassasiant sert de sas d’intégration avant le passage vers la vie extérieure, qui a suivi son cours, tandis que les femmes rassemblées ont pétri leur matière intérieure et se saluent dignement.

 

 

Vivifier notre nature profonde, c’est aussi acquérir une perception claire de notre histoire, une sensation ferme de notre place au présent et de notre engagement envers la Vie à devenir ce que nous sommes réellement.

Soyons, femmes !